Groupe de travail

"Ecritures Hypertextuelles"

Compte-rendu - 20 novembre 1999

- - - - - - n°3 - - - - - -
1999-2000

Présents

Evelyne BROUDOUX, Jean CLEMENT, François COSSON, Anne LE CORNEC, Patrice FAUDOT,
Nadia IVANOVA, Andréa PALMA NEYRA, Jean-Baptiste de VATHAIRE

 Secrétaire de séance : Evelyne Broudoux

retour page précédente

Sommaire


L'image de la réunion

par François


1) Nouveaux venus

Nous accueillons Anne et Jean-Baptiste.
Anne s'apprète à soutenir son DEA, autour de la conception d'un outil d'écritures pour enfants en réseau : BabelLexis. http://studinfo.cnam.fr:8080/Memoires/BabelLexis/babfr_1.html.
Jean-Baptiste prépare un DEA sur l'hypertexte et la transmission des connaissances en sciences humaines. Sa problématique est dans les problèmes de linéarité/discontinuité dans la tansmission d'une pensée, d'un discours.

sommaire

2) Nadia : Les derniers romans d’Italo Calvino comme hypertextes

L'exposé de Nadia est un compte-rendu d'un article de Mikhail Vizel, qu'elle a traduit du russe en français. Il s'agit d'une application de l'hypertexte aux romans de Calvino : Le château des destins croisés, Les cités invisibles, Les villes imaginaires.

Rappel de la définition de l'hypertexte en première partie prise dans le Labyrinthe électronique et premières questions sur la notion de readless : qui ne peut pas avoir été lu. La non linéarité de l'hypertexte rend impossible la critique littéraire classique et chaque texte peut ne pas avoir été lu.
Comparaison d'un hypertexte avec les deux structures d'une molécule de protéine :

La couleur du lien matérialise l'allusion, la connotation. Une discussion s'engage autour de "connotation-dénotation" (Jean, Jean-Baptiste, Evelyne). Une connotation explicite est-elle encore une connotation ? ou plutôt une dénotation ... L'auteur parle de syntagmatisation des liens paradigmatiques qui rend les allusions d'un texte plus visibles. Ceci serait une illustration du changement en cours : Gutenberg serait remplacé par la civilisation de l'image.
Pout Jean, tout dépend de l'optique dans laquelle se place l'auteur :

Les liens sont des lieux de confrontation et de contradiction : pour Jean-Baptiste, l'iconisation des types de liens fait parler de signalétique. Pour Jean, le lien connatatif de l'hypertexte de fiction propose un nouveau contexte à la lecture, c'est un basculement du contexte. Jean-Baptiste dit que c'est ce qui fait avancer la lecture : c'en est le motif, ce ne peut pas être un lieu purement explicatif. Jean pense aux surréalistes qui s'amusaient à décrire un objet avec un vocabulaire appartenant à un autre contexte (ex : le chat).

Nadia passe à une deuxième partie de son exposé : hypertextualité et postmodernisme et cite Ihab Hassan, auteur de "Making sense, the triumph of postmodernern discourse", qui définit le mouvement post-moderne en neuf points :
1.Non détermination, culte du vague, de l’erreur, de l’omission ;
2.Fragmentation, montage ;
3.Décanonisation, lutte contre les valeurs traditionnelles ;
4." Tout se passe sur la surface " ;
5." On se retrouve avec le jeu du langage, sans l’Ego ", refus du mimésis et de la description ;
6.Ironie positive, qui affirme un univers pluriel ;
7.Confusion de genres (haut/bas) ;
8.Théâtralité de la culture moderne, prise en compte obligatoire de l’auditoire ;
9.Interpénétration de conscience avec les moyens de communication.

On rappelle (aux enfants) ce qu'est le postmoderne (Jean, Andrea, Evelyne) : lire Lyotard. Pour Andrea, modernité et postmodernité sont des regards européens sur le temps.

Troisième partie : le saut hypertextuel qui permet le déplacement du lecteur dans le texte.
Rapprochement entre les brouillons d'écrivains et l'hypertexte. L'oeuvre comme processus.
Les brouillons de Dostoïevski montrent que dès qu'il y a narration, une construction paradigmatique vient perturber intentionnellement la narrationL Les notes jouent un rôle essentiel dans l'élaboration du récit. Roman polyphonique de Dostoïevski avec une pluralité des voix narratives.
Ciation par Jean du travail de Jean-Louis Lebrave dans Genesis n°5, de la façon d'écrire Le grand incendie de Londres de Roubaud et de l'édition de livres par Stendhal avec des pages blanches pour permettre à ses lecteurs d'insérer leurs annotations.

Pêle-mêle, autres citations d'auteurs : Alice et Lewis Carrol, Décaméron de Bocace, Le bruit et la fureur de Faulkner, Feu pâle de Nabokov, Dictionnaire Quasar de Milorad Pavic.

Fin de la troisième partie et report de la suite de l'exposé à la réunion suivante.

La traduction de Nadia est lisible au http://hypermedia.univ-paris8.fr/Groupe/documents/Calvino.htm

sommaire

3) Infos

Travail du groupe Incidents déjà présenté aux Echangeurs et au Webbar (soirée Anomos) : http://www.incident.net/home/index/index.html
Appel à contributions de la revue ALIRE pour des oeuvres programmées cd ou web, mac/pc, avant le 31/12.
motsvoir@aol.com
Site pour détecter les plagiats :
http://www.plagiarism.org
Liste de diffusion (
http://www.egroup.com/group/ecriordi) lancée par Eric Serandour (voir site : http://perso.wanadoo.fr/eric.serandour/revue/index.htm).
Appel à contributions de la revue Lit@ratique pour son n°1, à paraître au printemps 2000.
L'art du lien à Infolipo :
http://unige.ch/acultu
Projet d'un n° sur les écritures informatiques (présentation d'oeuvres d'artistes commentées) par le Centre international d'action culturelle :
http://www.ciac.ca.
Dossier Documents hypermedias dans Sciences de l'ingénieur par M. Nanard.
Pour une typologie de la création sur Internet par Annick Bureaud, Olats (Observatoire Leonardo des arts et des technosciences).

sommaire