Groupe de travail

écritures hypertextuelles

compte-rendu - 12 avril 2005


CR :Jean Clément et Serge Bouchardon

Etaient présents :
Jean Clément, Oriane Desseilligny, Frédérique Mathieu, Estrella Rojas, Serge Bouchardon, Jeff Regottaz, Jamila Jaber.

Prochaines réunions
Le 12 mai: présentation du travail de thèse d’Oriane Deseilligny Le 24 mai: Les travaux de Djeff et d'Alexandre Gherban.

Evénements et informations diverses :

  1. Les thèses en cours dans le groupe: Oriane, Djeff et Serge soutiendront avant la fin de l'année. Andras soutient à Budapest le 20 mai. Frédérique démarre pour de bon.
  2. Frédérique nous parle de l'école Louis Lumière où elle est attachée de recherches sur le thème de la vision en relief. Son travail consiste pour une part à associer l'enseignement et l'industrie cinématographique.
  3. Djeff participe à un post-diplôme des arts décoratifs au sein de l'ARI (Atelier de Recherche Interactif). Il présente ses projets en cours: L'idée est de créer des dispositifs ouverts à l'appropriation.
Exposé de Frédérique Mathieu: "Espace de l’interaction, espace de proposition, espace de travail et de jeu"

Frédérique est sur le point de se consacrer à sa thèse dont le titre déposé est: "En quoi l’interactivité modifie-t-elle la notion de narration, les conditions de narration interactive?". Elle nous fait part de ses recherches et de son questionnement.
Les questions qui l'intéressent sont le processus d’une narration hypermédia, le dialogue entre concepteur et narrateur, la constitution d'une grammaire.

Première thématique : le temps
Identifier les développements du temps narratif d’une réalisation interactive.
  • La mémoire et les formes d’oubli
  • La relation entre signe et interacteur
  • Liens entre conception de parcours et expérience de parcours
  • Le concepteur du programme et ses intentions

  • Deuxième thématique : conditions de la narration multimédia interactive
    Autour de l’apparition – disparition des images et des sons à l’écran.
    Non pas l'image, mais une proposition visuelle, et même une reproposition visuelle. Perspective interactive: quelle est la nature du champ visuel? Le champ est-il délimité par le cadre ? S’il est limité, comment se traitent les entrées et les sorties du champ. Apparition-disparition ou entrée-sortie de cadre. Qu’est- ce que l’a-côté du cadre et comment existe-t-il ? Différence avec le hors champ cinématographique.
    Héritage de l’art vidéo des années 70 : Bruce Nauman, Peter Campus, Dan Graham http://stephan.barron.free.fr/art_video/70_art_video.html (Présence du corps et représentation, sentiment d'exister, idée d’une représentation-retard).
    Le son : lien intelligent avec le hors champ, spatialisation du son. Ce que les sons racontent sur le volume, les matières.
    Contraintes liées à la conception hypermédia: comment faire exister ce que nous ne voyons pas, l'invisible.
    Recherche de représentation par le corps de l’interacteur.
    L'image mobile (titre d'une récente biennale de Lyon), image continuellement recalculée (reproposition, non pas représentation). C’est le calcul qui repropose à chaque fois que que l'interacteur intervient.

    Discussion animée au sein du groupe autour du concept d'image mobile.
    Pourquoi pas "dynamique" ou "en mouvement"?

    L’ordinateur ne peut pas garantir la cadence d’image.
    L'image mobile selon FM , c'est l'image calculée interactive. Ce qui la différencie de l'image en mouvement, c'est la cadence Le contraire de mobile, selon FM, est fixe. Il faudrait abandonner le terme "image" et adopter "proposition visuelle". L’interacteur sollicite une reproposition.
    JC : Dans l'image dynamique il y a une notion de variable introduite par l'interacteur.
    FM: Le cinéma est une représentation. Au contraire, dans l'interactivité rien n'existe au préalable car tout se joue dans l'espace interactif. La seule représentation est celle du geste interactif. Représentation de l’invisibilité, du vide.
    O : Dans les sciences cognitives, la représentation est un processus mental.
    JC : Il y a tout de même un jeu entre ce qui est représenté et un espace " purement " interactif. Comment peut-on qualifier ce qui relève de l'interactivité ?
    ER : C'est comme une peau qui permet un échange avec l’extérieur. Le terme "interface" englobe l’ensemble. C'est une surface d’échange.
    Le dispositif
    Dispositif intérieur : ce qui se passe à la surface de l’écran.
    Dispositif extérieur : personne dans un espace physique réelle. Il y donc deux espaces.
    SB : geste interactif : Abolition de la frontière entre ces 2 espaces ?
    Scénographie versus dramaturgie
    Lien entre conception de fiction hypermédia et interacteur. Scénographie et dramaturgie. Mise en place d’une scénographie au service d’une dramaturgie spécifique. Une scénographie dédiée à une dramaturgie. La scénographie c'est la liaison entre les signes reçus ou perçus et les gestes faits.
    JC : Dans le numérique, la surface a une profondeur. Ce n'est pas une surface lisse. Surface qui ouvre des portes, surface qui peut être creusée.
    JC : Opposition entre ce qui est conçu et ce qui se passe. La dramaturgie réside dans cet écart.
    Thèse de Clarisse Bardiot sur le théâtre interactif.
    Un couple épatant Cavale après la vie de Lucas Belvaux: 3 films qui racontent la même histoire. Le quatuor d’Alexandrie de Lawrence Durrell : une même histoire racontée par 4 personnages différents (Lire la Préface).
    Différence chez Genette entre mimesis et diegesis. Au théâtre, les personnages vivent la même chose au même moment.
    S : Le metteur en scène de théâtre Peter Brook parle d'"espace vide". Toute représentation est un événement qui n’est pas reproductible.
    Narration multimédia interactive : arbitrage de conception pour décider des potentialités de l’utilisateur.
    Scénographie : on installe le décor.
    Dramaturgie : programmation des potentialités et incitation au désir de jouer

    Plan de la thèse:

    Scénographie interactive
    Perspective interactive : axe des regards, profondeurs de champ. L’espace interactif advient : il n’est pas là en permanence.
    L'interacteur est considéré comme un acteur. Quel rôle lui fait-on jouer ? Quelle est sa partition? Quel acteur est-il ? Interprétation ou improvisation?
    La scénographie comme "corbeille " de balises, signes et indices

    Dramaturgie interactive

    Structure
    Temps narratif de l’expérience.
    Rôle donné aux lieux, signes et balises : leurs potentialités d’interprétation.
    Incises et bifurcations.
    Acte interactif
    Raccord, répétition
    Spécificités de l’acte interactif

    Opposition linéaire –interactif
    S : Le linéaire peut-être interactif.
    Définition de "linéaire" par FM : "fixé sur son support "
    JC : Propose scripté plutôt que linéaire. Le terme scripté est utilisé par les concepteurs de jeu vidéo. Jeux vidéos scriptés # jeux dans lesquels la narration n’est pas écrite. Difficulté à concilier les deux: le récit (scripté) et les événements qui ne sont pas écrits

    Corpus :

    - Moments de JJ Rousseau de Jean-Louis Boissier
    Pour le rapport auteur-interacteur. Agir ou ne pas agir est un temps narratif.
    - Puppet motel
    Errance sonore.
    - Apollon et Daphné d’Alexis Amen
    Partition interprétée. Rôle du texte. Frontalité et profil.
    - La Morsure d'Andrea Davidson: version dispositif et version CD.
    Rapport geste-corps. Recompose un espace cinématographique.
    - Sniper
    Vidéographie et interactivité.
    Un conte à votre façon d'Antoine Denize.
    La grande roue de Caroline Bernard.

    Commentaires sur le corpus:
    Corpus constitué des œuvres que Frédérique aime. Corpus qui tourne autour d’un certain type d’œuvres : cinématographie interactive avec " coloration " Boissier. JC : faire émerger des choses plus transversales dans le corpus. FM : Quelques thèmes transversaux: agir/ne pas agir; narration à la première personne; frontalitévs profil; errance sonore et jeu; raport geste:corps.
    JC : La scénographie :
    - Interface
    - anticipations et conditions de sa réception
    - anticipations des actions de l’interacteur
    L’intentionnalité de l’auteur peut être pris en considération dans des œuvres expérimentales.
    S : On se moque de l'intentionnalité de l'auteur.
    JC : Mais l'œuvre numérique resterait confidentielle sans les manifestations qui sont organisées autour d'elle et dans lesquelles l'auteur joue une rôle important.

    Quelques conseils: Trouver un angle d’attaque. Approches technico-dispositionnel, sémiotique, narratologique, cognitive, philosophique (phénoménologique)?
    L'exemple de la thèse de Franck Dufour : expérience de technicien du son qu’il a mise à profit dans sa thèse Exploiter l'expérience professionnelle.
    Observer les usages, interviewer les acteurs et les auteurs.
    Hypothèse de départ : " la narration interactive est la lecture d’une partition ? Est-ce un moment volatile, interstitiel ?