Groupe de travail
écritures hypertextuelles

compte-rendu - 6 juin 2005


Etaient présents : Jean Clément, Estrella Rojas, Jeff Regottaz, Frédérique Matthieu, Oriane Desseilligny, Maia Mau.

Compte-rendu : Maia Mau

Présentation des travaux de Jeff Regottaz réalisés dans le cadre de l’ARI (Atelier de Recherche Interactif) de l’ENSAD.

1. Call Box
Une borne d’appel d’urgence de la SNCF est utilisée par le visiteur pour s’engager à un dialogue avec une voix enregistrée. Il s’agit de constituer une conversation avec le visiteur qui est passé précédemment sur l’appareil.
Pour Jeff l’œuvre est une critique de la consommation téléphonique actuelle et son but n’est pas de créer un sens, même s’il devient possible. L’idée est aussi d’un décalage entre les deux participants au dialogue.
Jean Clément la rapproche de l’œuvre Fantôme(s) de Vincent Levy présentée à au Festival Premier Contact, à Issy Les Moulineaux, dans laquelle l’image du spectateur est captée et se superpose dans un écran à l’image des visiteurs qui sont passés avant.
Exemple aussi d’Elisa, dispositif d’intelligence artificielle qui simule un entretien entre le public et un psychologue.

2. Play and Watch
Utilisation du Simon, jeu de mémoire dont il faut répéter une séquence aléatoire de quatre boutons, comme interface. Le jeu est utilisé pour déclancher des séquences vidéo. Jeff a découpé les plans du film " Il était une fois dans l’ouest " et a fait correspondre à chaque bouton des plans de l’un des 4 personnages principaux.
Le Simon établit, de façon aléatoire, les séquences qui doivent être répétées par l’utilisateur. A la fin de chaque partie la séquence aléatoire générée par le dispositif est affichée à l’écran.
Jean Clément : Play and Watch se rapproche au principe du Centon, poème composé par des vers d’autres auteurs. Yack Rivais a écrit un roman dont tous les phrases sont prises d’autres romans.
Jeff : le même principe est fait dans le cinéma, le " found footage ", un principe de création dans lequel l’auteur récupère des séquences de plusieurs films pour en constituer un nouveau.
L’œuvre est inspirée de Trigger, de Michael Sellam : Découpage du film Elephant de Gus van Sant. Utilisation de la manette de Play Station pour jouer les plans.
Jean Clément : L’Oulipo a une contrainte de création, le " Tireur à la ligne ", dont les deux premières phrases sont prises au hasard dans un roman. Un autre participant ajoute une troisième phrase entre les deux, et ainsi de suite, laissant toujours les deux premières phrases au début et à la fin du texte.
Sur cette version de Play and Watch, les séquences ne sont pas indexées, elles se présentent de manière aléatoire.
Frédérique Matthieu : L’indexation des plans permettra une potentialité réelle de sens dans la séquence montrée. A la fin il serait possible que le public comprenne les rapports et liens entre les personnages sans avoir vu toute l’histoire.
Frédérique Matthieu suggère aussi d’établir une longueur uniforme à tous le plans, ce qui aidera à mieux respecter le principe du jeu.
Jeff continue le développement de cette œuvre et réfléchit sur une écriture spécifique à cette interface.

3. It’s not me
8 caméras sont disposées dans une pièce ronde, au fond un écran et un bouton. A l’entrée l’instruction " prière de ne pas toucher ". Si le visiteur appuie sur le bouton son image est captée et projetée sur l'écran.

Jean Clément annonce l’exposition In-Out qui aura lieu pendant la conférence H2PTM.