groupe de travail

écritures hypertextuelles

compte-rendu n°6 - 23 mars 1999 -

Présents : BROUDOUX Evelyne - CLEMENT Jean - COSSON François - FAUDOT Patrice - GHARSALLAH Medhi - GOUVERNEUR Geoffrey - OGÉ Valérie - TUDERY Claude (sjparis16@wanadoo.fr)- IVANOVA Nadia (izuminka@yahoo.com)
Secrétaire de séance : Laurence deMorgon

Sommaire

  1. Actualités 
  2. Divers 
  3. Présentation collection Cédérom "Cent & Plus" et logiciel "Presenter" (PC) 
  4. Exposé de Christophe Buffet à propos du logiciel "The brain" 
  5. Prochaine séance : mardi 6 avril 1999 
 

1. Actualités

  • Web Bar, 31 mars ( http://www.webbar.fr. ) Jean intervient sur " Bruit et connexion dans la création".  
  • Olga, étudiante de Paris 8, dont le DEA sur l'art numérique vient d'être édité, sera, elle, présente le 31 avril à 19 h. 
  • Réunion du 4 mai, compte-rendu de "Présences à distance", le livre de Jean-Louis Weissberg. 
     
  • Rapport sur le livre numérique commandé par le ministère de la Culture (Direction du livre). Jean se propose d'en rendre compte en mai. Il semblerait que l'angle de ce rapport soit davantage celui de l'édition que celui de la création maisÖ 
  • http://www.stg.brown.edu/projects/TP21CL/index.html. Christophe B.signale le site de la Brown University pour sa conférence rassemblant un grand nombre d'écrivains d'hypertextes et l'excellence de sa liste de liens. 
  • Nouveaux livres signalés par Patrice :  
    Edmond Couchot, esthéticien qui s'intéresse depuis longtemps à l'image, notamment numérique (titre à vérifier :"L'art numérique" ?). Jean rappelle son installation interactive datant de quelques années sur la fleur de pissenlit
    et Fred Forest, "cyberartiste" bien connu.
     
  • Qui a vu le "rêve" de Valérie O. sur http://www.culture.fr/culture//dglf/idees/index.htm 
    François C. montre son travail Espace P sur son site perso.club-internet.
     
  • Claude Tudery, nouveau participant au groupe, travaille sur un projet sur le poète (et peintre) Max Jacob. Il a assisté à la présentation de "Machines à écrire", d'Antoine Denize, édité par Gallimard/NRFmutimédia; à paraître le 15 mai. 39 auteurs de littérature combinatoire y sont mis en scène. 

2-Divers

La liste bourgeonne, faut-il élaguer ?
Faut-il classer les adresses ? Garder l'armée mexicaine ? Sous quels critères ? 
­ Plusieurs suggestions : membres honoraires, dormants, actifs, correspondants provinciaux, étrangersÖ
Adopter la position des Oulipiens, dont même morts, les membres bougent encore et gardent droit de cité ? 
Objet : simplifier l'accès, éviter aux honorables membres "virtuels" de frapper à des portes inactives. 
(NDLR : réveiller les morts peut être une intéressante expérience car le mort saisit le vif).

  • Liminaire de Jean sur les inflexions du groupe de travail. 

­ Que le groupe échange des cédéroms est une bonne chose mais veiller surtout à faire une réelle présentation synthétique du contenu.
­ Pour faire avancer les problématiques communes, il faudrait s'orienter davantage recherche et aller plus systématiquement à la pêche de livres nourrissant la réflexion (Öet la rubrique Documents).
En bref, travailler dans plusieurs directions.

  • Bourse d'échanges. 
     

     

    Que chacun établisse une liste numérique des livres, cédéroms et autres bons à prêter.

3-Une collection d'art, un logiciel : 
"Cent & Plus", Presenter 

Catherine Le Magnen représente une association d'artistes ASPECT (http://www.aspect.asso.fr) qui, à l'aide d'un logiciel québécois Presenter (ex-hyperPage) pour PC (maison mère LMSoft, site : www.lmsoft.com) représenté en France par Logivision (www.logivision.fr) produit une collection présentant des artistes contemporains.
Une double logique : un outil mutimédia très simple d'utilisation, ne nécessitant pas d'apprentissage long, permettant des coûts de production très économiques. 
Une collection beaux-arts contemporaine à bas prix; les artistes en tant que coproducteurs cédant leurs droits et pouvant participer à la conception du cédérom.

Le pilote, consacré à Jean Chollet, a été réalisé en 2-3 mois. Le prochain, "Les artistes et le papier", est "mécéné" par un fabricant de papier.

François Cosson. : Une façon de donner les moyens aux artistes de se produire mutimédiatiquement.

Jean Clément. : Et la diffusion ?

Catherine L.M. : La diffusion est de type coopératif et s'appuie sur le réseau des coproducteurs. Chaque coproducteur (artiste, musée, siteÖ) présente le reste de la collection. Le cédérom sur le Père-Lachaise sort en même temps que celui sur Jean Chollet. On peut les commander sur le site de Logivision.

Jean C. : Toujours avec une TVA à 20 % ? Il faut savoir qu'un cédérom vendu avec un livre, une plaquetteÖ bénéficie de la TVA du livre à 5%. 
Sur le plan théorique, comment l'úuvre sur papier, toileÖ passe en multimédia ?

François C. : Le travail de la profondeur, c'est ce qui passe le mieux.

Medhi G. : Quelle est la ligne éditoriale de la collection ? Est-ce un press-book ?

Catherine.LM : La ligne éditoriale, c'est la collection elle-même.

Geoffrey G. : Quel est le budget moyen par titre ?

CLM : Pour celui sur le papier où il y a de nombreuses séquences vidéo à tourner, le budget tourne autour de 300 000 F.

Evelyne B. : C'est proche d'une démarche d'auto-édition.

Jean C. : C'est le principe des beaux-livres mais sur cédérom. Le logiciel, simple à acquérir, permet un passage en douceur d'un univers à l'autre.


  • Visionnage du cédérom consacré à Jean Chollet 

Quelques remarques en vrac

Comment concilier l'accès rapide aux informations et le plaisir du spectacle; autrement deux types de navigation (l'encyclopédie et l'effet de surprise) ?

Comment la conception peut-elle régler le problème de la deuxième, troisième lectures ?

Pas de parallèle avec le court métrage. On ne voit un court métrage qu'une seule fois. Un cédérom est fait pour y revenir.

L'idée d'installation est très forte chez les artistes qui tendent à le transposer dans le multimédia. L'installation c'est du provisoire, on n'y vient qu'une seule fois. On cherche donc à contraindre, surprendre le visiteur afin que la visite le marque, reste unique.

Un style est en train de se créer : le multimédia à grand spectacle. On veut oublier la contrainte de la taille de l'écran. On imagine une projection sur grand écran.
La lecture intime est un peu négligée.

 

 
  • "The Brain" exposé de Christophe Buffet 

Sur le site de Natrificial (Natural + Artificial), on peut voir une démonstration du logiciel The Brain (pour PC, fonctionnerait sur Mac avec Virtual PC). On peut y télécharger une version d'essai d'un mois (ensuite, il en coûtera 50 $US). Son objet : représenter de façon graphique et cinétique un contenu, spatialiser l'information avec la souplesse et la rapidité synthétique d'un cerveau. Il vise à éviter deux écueils majeurs de l'hypertexte : la désorientation et la surcharge cognitive.

Plusieurs interfaces similaires sont visibles sur internet, en particulier celles utilisant l'applet java Thinkmap (http://www.thinkmap.com), développée par la société Plumbdesign. Allez voir le Visual Thesaurus (http://www.plumbdesign.com/thesaurus), l'exposition de la Smithsonian Institution (http://www.si.edu/releavingthings/) qui organise visuels et textes d'une base de données sur les objets, etc., représentatifs des Etats-Unis; le site du rhum Bacardi (http://www.bacardi.com).

Contrairement aux projets à base de Thinkmap, dont le contenu et les liens sont figés par les auteurs et que les utilisateurs ne peuvent qu'explorer, The Brain est une application qui peut être utilisée pour gérer son propre disque dur : on peut créer son (ou ses) propre(s) "cerveau(x) et y entrer ses "pensées" (données) personnelles. L'application se loge comme la barre de réglages sur le bord de l'écran. Ses créateurs souhaiteraient voir la métaphore du cerveau remplacer celle du bureau dans les systèmes d'exploitation...

Brève description de l'interface: 
deux (ou plus?) frames ; l'une affichera la représentation spatiale et cinétique de l'ensemble d'informations appelé par le mot entré dans un champ de l'autre frame. Autour du mot clé choisi, vient s'afficher l'ensemble des informations qui lui est lié. On y trouve trois fonctions importantes : "Rechercher", "Oublier" et "Update" (qui donne l'historique de consultation d'une pensée. Les pensées peuvent être des URL, des textes, des graphismes, des logiciels, etc). 
L'ensemble tournoie : il suffit de sélectionner l'un des termes pour reconfigurer le tout. On peut y ajouter n'importe quelle "pensée"(mais pas plus de 100 par cerveau). Les cerveaux sont publiables sur le web.Chaque pensée a trois poignées qui servent à créer des pensées "enfants", "parents" ou "jump" (associations libres).

Quelques commentaires

Utile pour la création de sites car permet un changement rapide de point de vue.

Medhi l'utilise pour nettoyer son bureau, en lieu et place du gestionnaire de fichiers. Plus rapide que de descendre une arborescence. Et le trouve tentant pour travailler une fiction (assentiment général).

Christophe le trouve très utile pour gérer les bookmarks. et montre que le roll-over sur les mots fait apparaître tous les liens associés au champ de départ. Puis parle d'un projet en XML "Parasite" (http://parasite.io360.com/index.html) . Une représentation spatiale de mèls qui, à l'aide d'un algorithme, rend visible les "champs de force" liant tel et tel correspondant.

Jean s'interroge sur les capacités de The Brain à représenter une "pensée" en marche. L'écriture linéaire met en marche le cerveau dans le temps même où l'on écrit. Et se demande comment Parasite traiterait les interactions au sein d'une communauté.

Medhi pense que faire un plan avec The Brain montrerait d'éventuelles fausses routes.

François estime que seul un point de vue extérieur le permet.

Jean rappelle les "arts de mémoire" de l'Antiquité jusqu'à la Renaissance.
(références : "Quel avenir pour la mémoire ?", Jacques Roubaud et Maurice Bernard, Découvertes Gallimard, et "L'art de la mémoire" de Frances A. Yates, NRF/Gallimard).
Par exemple, un orateur devant mémoriser un discours utilisait cet art rhétorique. Il consistait à visualiser mentalement ce qui devait être remémorer en plaçant des images synthétiques dans les différentes pièces d'une architecture imaginaire. 
The Brain organise également les données mais cette fois en dynamique, en les reconfigurant sans cesse.

Claude cite Matteo Ricci et ses palais de mémoire.

Nadia estime que The Brain pourrait être créateur d'associations d'idées inédites.

 

Prochaine séance : mardi 6 avril 1999

chez Geoffrey Gouverneur, 38 rue Oberkampf, Paris XIe.

Au programme

  • Exposé de Patrice : " Création littéraire sur Internet. Influence du contexte socio-économique " 
  • Discussion du papier de Jean : " Remarques sur deux cédéroms d'auteurs" (mèlé le 23 mars). 
  • Présentation par Nadia de son travail sur " un nouveau genre littéraire : le mel ". 
  • Présentation par Medhi du cédérom " Les secrets de l'intelligence ".